Projets d'école

Plus de 200 projets ont été réalisés avec le soutien d'Annoncer la Couleur.

Qu'ils traitent de migration, de diversité et d'interculturalité, de paix et conflits, etc., ces projets s'ancrent dans la réalité vécue par les enfants et les jeunes et les ouvrent à une compréhension plus systémique, plus complexe du monde, tout en développant leur esprit critique, leur empathie et la mise en action

"Motivée à conscientiser les jeunes vis-à-vis de la guerre et à les responsabiliser dans leurs apprentissages, notamment ceux sur les enjeux migratoires, [l'enseignante] a décidé, avec une dizaine de collègues, d’aborder le thème des conflits de manière collective et interactive, en les impliquant dans la recherche et l’analyse d’information et en les confrontant aux témoignages de certains migrants afin de réduire les stéréotypes et préjugés à l’égard de ces populations fragilisées."

Malgré la vitalité liée à la mise en place de nombreux projets, l’Athénée Royal du Condroz « Jules Delot » à Ciney souffre encore d’une réputation négative qui n’est pas justifiée. C’est pour lutter contre cette image et valoriser le dynamisme de l’école que la direction soutient la mise en place de projets.

Deux enseignantes, Julie Léonard et Sarah Wilmet, se sont rencontrées et ont pris conscience qu’elles partageaient des visions similaires en termes de pédagogie et de citoyenneté mondiale. Elles ont donc décidé de développer ensemble le projet « même soleil, même droits » qui touche 2 classes de 4e et 6e et implique environ 50 enfants.

Ce projet s’appuie sur les compétences et connaissances acquises par les élèves en 2015-16 sur le thème des droits humains.
"Le thème des droits de l’enfant répond à la volonté et à la préoccupation des élèves à mieux cerner la thématique de droit de l’enfant suite à leur découverte des droits humains. cette continuité donne du sens et de la cohérence à l’apprentissage."

Le projet vise à aboutir à la création d’un spectacle théâtral visant à sensibiliser les enfants sur la question du respect des droits des enfants à travers le monde. Par ce biais, ils prennent connaissance du contenu de la Convention à travers différentes activités, ce qui participe à la construction progressive de la citoyenneté mondiale.

Mise en place d’une correspondance entre des élèves de première primaire de Belgique et des élèves d’écoles francophones localisées dans différentes régions de la planète en vue de sensibiliser les jeunes à la diversité et à l’interculturalité, tout en développant les compétences liées à la lecture et l’écriture.

La classe de 4e technique sociale de l’Institut Immaculée Montjoie à Anderlecht présente une série de six films de sensibilisation réalisés dans le cadre du projet Voyage en enfances". Ils et elles dénoncent le non-respect des droits de l’enfant dans le monde. Le scénario et la mise en scène de chaque film ont été réalisés par les élèves sous la supervision de M. Smith, professeur de Religion et de Me Billami, professeure de Formation Historique et Géographique, avec les conseils avisés de M. Libbrecht, professeur de Néerlandais. Le montage est l’œuvre de Cristian Gonzales Vides, professionnel de la vidéo.

Toutes les vidéos des élèves :
Précarité : https://www.youtube.com/watch?v=caNrjPiV7L8
Prostitution : https://www.youtube.com/watch?v=_PAL4dN4hlU
Mariage forcé : https://www.youtube.com/watch?v=bAaUakyrVq4
Handicap : https://www.youtube.com/watch?v=QjJvafb98oA
Excision : https://www.youtube.com/watch?v=vz72-C3Q4xw
Migrations : https://www.youtube.com/watch?v=jgA75I_itKY
Titres fin : https://www.youtube.com/watch?v=w1hz7Nh2hsE

« Le mot migration était avant pour moi insignifiant, triste, comme si ce n’était que des histoires et que rien n’était vrai. On peut dire que je ne voulais pas connaître cette réalité pour me rassurer. Mais avec ce projet, j’ai été obligée d’y faire face, d’apprendre à regarder la réalité de cette vie. »

Articuler un cours entier autour d'un outil : mission impossible ? Non, c'est chose faite pour Mélanie Mangione avec le jeu de la ficelle qu'elle affectionne ! Il faut dire que le but du jeu est de faire des liens, de regarder le monde avec les lunettes de l'approche systémique...

Professeure de haute-école, Mélanie est partie du constat que ses étudiant·e·s ne sont pas outillé·e·s pour effectuer une analyse critique de la mondialisation néolibérale. En faisant du jeu la colonne vertébrale de son cours de morale, elle a pu y remédier de façon ludique et didactique. Pas de doute : les étudiant·e·s ont mordu!