« Le mot migration était avant pour moi insignifiant, triste, comme si ce n’était que des histoires et que rien n’était vrai. On peut dire que je ne voulais pas connaître cette réalité pour me rassurer. Mais avec ce projet, j’ai été obligée d’y faire face, d’apprendre à regarder la réalité de cette vie. »