Depuis plusieurs années, Annoncer la Couleur organise une journée d’inspiration pour les enseignant·e·s, par les enseignant·e·s. Notre journée du 19 mars 2021, qui avait pour thème “le droit à la participation et l’engagement des jeunes”, fut une grande réussite, notamment grâce aux témoignages et à la participation des membres du réseau des écoles associées à l’UNESCO.

Retour sur cette journée riche en échanges et inspirations.

Le matin, suite à la conférence de Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’enfant, cinq écoles du réseau ont présentés leurs projets d’école à d’autres profs.

1. Des élèves s’engagent durablement - Thérèse Surinx et Charles Menne (Collège Pie 10 et le collège Saint Barthélemy)

Depuis de nombreuses années, ces écoles mènent des projets de développement durable en interdisciplinarité. Les élèves sont devenus au fil des ans de véritables acteur·rice·s participatif·ve·s des projets durables dans leur école.

Chaque école a créé des “green teams”, composées d’éco délégué·e·s. Ces élèves, volontaires, sont à l’initiative des projets et les mettent en place de A à Z. Ils·elles assurent même la continuité de ceux-ci d’année en année. De plus, ils·elles sensibilisent leurs camarades via des présentations dans les classes, des affiches qui expliquent les projets ou encore via des actions concrètes.

Les projets sont multiples et variés : réflexion autour de l’éclairage de l’école, réforme des repas de la cantine, distribution de fruits et légumes à la récré, …

C’est une démarche systémique et globale. Les enseignant·e·s ont un rôle logistique, d’accompagnement et de soutien.

2. Le réengagement par l’école - Silvia Giraldo, Anne Van Den Hove, Vincent Dascotte (École Escale)

L’école Escale est une école spécialisée de type 5, travaillant avec des jeunes hospitalisé·e·s, souvent en décrochage scolaire. L’école accueille le jeune là où il·elle en est. Les espaces de paroles et de création de liens sont multiples afin de construire une vraie rencontre entre les enseignant·e·s et les élèves. La relation est primordiale pour permettre une (ré-)ouverture vers les savoirs scolaires.

Anne van Den Hove, a travaillé le réengagement des élèves dans leur rapport aux savoirs via un escape game. Le scénario et les énigmes du jeu ont été rédigés par les élèves.

Vincent Descotte a, quant à lui, mis en place un projet radio. Ce projet permet de décloisonner les relations de pouvoir entre enseignant·e·s et élèves. Ces derniers sont journalistes, créateur·rice·s de fictions sonores, producteur·rice·s de documentaires, médiateur·rice·s de débat entre jeunes, … Grâce à la radio, ils·elles peuvent aller très loin dans la créativité et aborder de nombreux sujets, notamment de citoyenneté mondiale. Journée d'inspiration 19 mars - ATELIER 4 - Ecole Escale

3. Assemblée des jeunes – Marie-Christine Jean (Ecole du futur)

L’assemblée des jeunes de la Province du Hainaut est composée de 56 jeunes élus dans 23 écoles. Ils ont accès à une enveloppe de budget et ce sont les jeunes qui décident à quels projets l’allouer.

À l’école du futur, les élèvent ont créé un réfectoire suffisamment grand pour accueillir tous les élèves. Le lieu a été pensé et aménagé par les jeunes, avec matériaux durables. Il sert d’espace de détente, de partage, de déjeuner, …

En tant que futur·e·s citoyen·e·s, une pression pèse sur les jeunes, lorsqu’ils prennent conscience des défis et interdépendances mondiales. Ces projets permettent d’agir à leur échelle et de se sentir concerné·e·s. Les élèves ont eu carte blanche de la direction. Ils se sentent écouté·e·s, libres et peuvent faire des choix. Les enseignant.e.s ont un rôle de coordination, non décisionnaire.

4. Le cercle de l’arbre - Fanny Bairiot et Camille Albert (École Arbre-en-ciel)

L’école Arbre-en-ciel a présenté le projet du cercle de l’arbre à travers une vidéo dans laquelle les enfants ont la parole. Tout au long de l’année, les élèves sont invités à exprimer leurs besoins, questions, demandes… au sein de leur classe. Des représentants de chaque groupe se rassemblent dans le cercle de l’arbre et échangent sur ces demandes. Les enseignant.e.s ont un rôle de médiateur.rice.

5. Projet sur le harcèlement scolaire – Magali Molle et Lou-Anne Verkest (Collège Sainte-Marie, Mouscron)

Dans une classe de 5e “activité sociale”, un projet de lutte contre le harcèlement scolaire a été mis en place, grâce à 4 actions concrètes :

  • La rédaction d’un guide pour sensibiliser les jeunes en les informant sur le sujet et en leur donnant des conseils, écrit par des jeunes pour des jeunes.
  • La mise en place d’un boîte aux lettres, pour inviter les jeunes à venir signaler des cas d’harcèlement.
  • La création d’un groupe référent, qui récupère les lettres, disponible pour écouter, conseiller et orienter les demandeurs vers les services adéquats.
  • Une capsule vidéo a été tournée par les élèves et montrée dans chaque classe.