Un nouveau dispositif réactif est disponible gratuitement pour les enseignant·e·s de secondaire. Les élèves développent leur capacité de jugement sur les enjeux de société et sur leur vie.


Dès qu’un fait d’actualité de grande ampleur inonde les réseaux sociaux et émeut l’opinion publique, les enseignant·e·s abonné·e·s reçoivent une fiche « Questions vives ». Celle-ci développe des pistes de réflexion qui transcendent les faits proprement dits.

Les attentats de Charlie Hebdo ou de Bruxelles, la pandémie du Coronavirus ou encore le décès de George Floyd ont mis en évidence la difficulté de certains enseignant·e·s à transformer les interrogations de leurs élèves en occasion de prendre du recul et de mener un débat sur le sujet. Au-delà des émotions qu’ils suscitent et des connaissances à mobiliser pour les comprendre, ces faits d’actualité posent aussi des questions sur les valeurs que défend une société. En débattre permet aux jeunes de construire leur conception personnelle de ce qu’ils/elles trouvent juste, important, souhaitable dans l’existence humaine et dans le monde qui les entoure.

Tou·te·s les enseignant·e·s sont concerné·e·s, quelle que soit leur discipline. Suite à leur demande, Annoncer la Couleur (le programme d’éducation à la citoyenneté mondiale de l’Agence belge de développement Enabel) a construit le dispositif « Questions vives », en partenariat avec Amnesty International Belgique francophone, la RTBF et le Conseil supérieur de l’éducation aux médias (CSEM).

Un dispositif innovant en deux parties : « les faits » et « penser les faits »

La fiche est courte et directement exploitable par l’enseignant·e. Une première partie reprend les faits tels qu’ils sont connus et vérifiés au moment de sa rédaction. Cela permet à tout le monde de (re)poser le contexte avec des informations vérifiées.

Une deuxième partie est consacrée au débat, pour élever les discussions au-delà du fait et des émotions qu’il suscite et inviter les élèves à prendre du recul, à poser des questions relatives au sens, à développer leur citoyenneté responsable.

On touche ici au cœur de la mission de l’école. L’enseignant·e peut choisir parmi plusieurs thématiques ou questions citoyennes en fonction de ses préférences, du temps disponible et de l’attrait des élèves.

Comment cela fonctionne ? Un site web : questionsvives.be

Sur le site questionsvives.be, les enseignant·e·s (et autres membres de l’équipe éducative) peuvent s’inscrire aux alertes e-mail (afin de recevoir les fiches dans les 36 heures), consulter les fiches déjà parues et les autres ressources mises à disposition.

On y trouvera notamment des fiches dites « transversales » qui abordent la question de la gestion des émotions en classe, de l’organisation d’un débat démocratique avec ses élèves ou de la neutralité de l’enseignant·e.

Deux premières fiches « Questions vives » ont été réalisées et testées par des enseignant·e·s, l’une  sur la crise du coronavirus, l’autre sur le décès de George Floyd et ses conséquences. Elles sont disponibles en annexe.

C’est plus qu’un tremplin. Pour moi, il se situe dans les deux sens. L’enseignant va gagner en sociabilité en se montrant disponible et accessible sur des sujets qui touchent les jeunes. L’école va retrouver son sens premier, apprendre. De l’autre côté, les jeunes vont s’investir d’autant plus dans la tâche parce que le sujet les intéressera. C’est vraiment du Win-Win.” (Témoignage d’une enseignante)

Premières réactions positives

Les premières réactions recueillies auprès de quelques enseignant·e·s sont très positives. Voici quelques extraits de leurs réponses :

« C'est un chouette projet. Toutes les infos sont regroupées au même endroit. »

« En termes d'apprentissages,  je trouve ça pertinent au point de vue de l'avis critique. Porter un regard sur les faits d'actualité qui bombardent nos réseaux sociaux ou qui font la part belle de la discussion du soir à table en famille. » 

« La fiche a la force de synthétiser pas mal d'élément de faire gagner du temps à l’enseignant. »