ÉVÉNEMENT I HACK2ACT : Une réussite !

Les 20 et 21 avril derniers s’est tenu le premier hackathon belge en citoyenneté mondiale. « Hacka quoi ? » Non, le centre de connaissances WikiCM n’a pas organisé un Haka néo-zélandais géant avec les All Blacks durant un weekend. Mais bien un marathon de créativité en éducation à la citoyenneté mondiale de 24 heures.

Tout a commencé en septembre 2017. Le début d’année scolaire battait son plein et certains acteurs de l’enseignement et de l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM) se rassemblaient au centre WikiCM pour leur rendez-vous de rentrée coordonné par Annoncer la Couleur. Un nouveau laboratoire d’innovation en lien avec l’ECM y vit le jour : le labo numérique. En effet, la question du numérique est à la une de l’actualité depuis quelques années : la stratégie « D4D » (Digital for development) du ministre Alexander De Croo, études, conférences, réseaux sociaux, etc. Une question se posait alors : quelle innovation numérique permettrait-elle de rendre les jeunes acteurs·rices de citoyenneté mondiale ?

Pour répondre à cette interrogation, WikiCM a décidé de réunir des citoyen·nes, jeunes, profils tech, créatifs, étudiant·es, etc. durant 24 heures pour concevoir, prototyper et livrer, de manière collective, des idées concrètes.  C’est le principe d’un hackathon.

Février 2018, première réunion d’organisation du hackathon baptisé #Hack2Act avec les partenaires Convidencia et We Tell Stories. Le compte à rebours commence : recherche d’autres partenariats, communication, invitations, critères pour le jury, etc. La tension monte ainsi que le nombre de participant-e-s inscrit-e-s au hackathon.

Vendredi 20 avril 2018, l’un des premiers jours de soleil et de chaleur sur Bruxelles.

17 heures 30, les premiers participant-e-s arrivent à l’espace Jacqmotte armés de leur ordinateur et de leur sac de couchage.

30 participants sont présents, les autres ont dû se perdre à la terrasse d’un café pour se rafraichir.

Outre les équipes de BeCode et d’Impact Valley, la plupart des gens sont venus seuls. Leur but ? Créer du réseau, s’amuser et relever un nouveau défi numérique. « Participer à des hackathons permet de sortir de sa zone de confort, d’apprendre à collaborer avec des gens avec qui nous n’avons pas l’habitude de travailler et aller le plus loin possible dans le projet. On rentre dans du tangible très rapidement. C’est une super source de bonheur. » Bastien Van Wylick (équipe du projet « Ikinity »)

19 heures, début des festivités : la coordinatrice du programme Annoncer la Couleur, Florence Depierreux ouvre le bal en rappelant les objectifs et ce que recouvre la citoyenneté mondiale. Michel Duchateau, notre animateur en chef (Convidencia) enchaîne. Il amène les participant-e-s à échanger sur les thématiques de l’ECM : migrations, justice sociale, diversité et interculturalité, commerce et consommation, paix et conflit, démocratie et citoyenneté, développement durable et enfin, droits humains puis sur des problématiques liées à  ces thèmes. Il parvient, en quelques minutes, à faire émerger des premières idées de projets.

Les participants sont chauds, huit d’entre eux présentent une ébauche de problématique et de solution. Leur objectif : convaincre les autres de rejoindre leur idée pour la développer. « On est tellement entourés des technologies que ce serait bien de les mettre au profit de la résolution des problèmes mondiaux. » Nisrine Rachide (équipe du projet « Baobab »).

20 heures 30, quatre équipes se forment autour de projets.

Des expert-e-s en éducation à la citoyenneté mondiale, ainsi que des coachs TIC passent entre les groupes pour répondre à leurs questions, les (ré)orienter au besoin et les soutenir dans leurs développements. L’objectif est de développer une innovation numérique pérenne qui permette de rendre les jeunes acteurs·rices de citoyenneté mondiale. Bonus : l’outil s’intègre dans le cadre scolaire.

Les cerveaux sont en ébullition. Les projets évoluent. Les idées deviennent du concret. Des amitiés se créent. 

Minuit, les premières fatigues se font sentir. Certains participant-e-s rejoignent l’ auberge de jeunesse pour se reposer quelques heures.

03h30, les derniers valeureux ne savent résister à l’appel d’un lit douillet et rejoignent le reste des troupes à l’auberge.

Samedi 21 avril, 06h45. Le quartier des marolles est calme, les fêtards sont rentrés chez eux. Le soleil brille déjà au-dessus  de l’espace Jaqcmotte et les premiers participant-e-s reviennent à l’attaque.
9 heures,  un impressionnant dynamisme règne dans les groupes. Les flip sharts débordent de croquis, schémas, post-it, etc. Les participants sont surexcités et leur créativité est saisissante.

11 heures, un atelier est organisé dans la chill room : « comment pitcher mon projet ? » présenté par Michel Duchateau.  Pas de détour ou grand discours, la présentation est « to the point ». « Quel est le problème et quelle est votre solution ? Soyez efficace et performant ! »

17 heures 30, les tensions augmentent à l’arrivée des membres du jury, des invités externes et des partenaires. Les power points sont prêts, les pitcheurs répètent une dernière fois avec leur équipe. 

18 heures, le premier groupe monte sur scène. Il a 5 minutes top chrono pour convaincre Mareike Muller, Damien Van Achter, Éric Rodriguez, Florence Depierreux et Yannick Letawe, les membres du jury de #Hack2Act. Il a 4 minutes supplémentaires pour argumenter et répondre aux questions.  En plus, le tout est diffusé en direct sur Facebook.

19 heures 30, cinq équipes (Ikinity, Imp#Act, Effet papillon, Baobab et 1TerreAction) ont présentés leur projet et attendent dans la bonne humeur, un petit four dans une main et un verre de bulles dans l’autre, les résultats de la délibération.

20 heures, le public a spéculé sur les projets gagnants. Les membres du jury ne se font pas attendre. Sur un roulement de tambour général du public, ils désignent, en troisième position : « Ikinity » et en deuxième position, « Baobab » . Enfin, sur la première marche du podium,  nous rertrouvons l’équipe d’ « 1TerreAction » ! Celle-ci a inventé un jeu virtuel pour sensibiliser les jeunes générations à la cause et à la protection de l’environnement. Dans ce jeu, les enfants de primaire transposent leurs actions réelles sur une planète virtuelle et prennent conscience de l’impact de leur action sur celle-ci. « Il y a un grande complémentarité entre le différents membres du groupe. Notre équipe est très soudée », Gaëtan Bruneteau, membre de l’équipe 1TerreAction

Leur projet se verra réalisé et produit par WikiCM et ils représenteront la Belgique dans le cadre de la compétition internationale "Hack The Goals" initiée par l'Agence belge de développement Enabel.

C’est presque déjà nostalgiques que nous nous disons tous au revoir (et à bientôt !), emplis de toute cette énergie partagée et forts de ce nouveau réseau créé. Une chose est sûre, tout cet enthousiasme et cette émulation vécus durant #Hack2Act ne laisserons personne indifférents, voire, susciteront de nouveaux projets ?

Photos et vidéos sur Instagram et Facebook 

Découvrez le site de Hack2Act (présentation des partenaires, jury, prix, etc.)